Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

De l'énergie à revendre

Fort de deux fours solaires - dont le plus ancien au monde - le Parc naturel régional des Pyrénées catalanes est une terre d’énergies.

Si les éoliennes n’ont pas pénétré le territoire du Parc naturel régional, quinze chaufferies bois émaillent les Pyrénées catalanes, pionnières du bois énergie.

Le chauffage par géothermie s’est développé plus récemment et les sources naturelles d’eau chaude alimentent les bains de Dorres, Llo et Saint-Thomas.

L’hydroélectricité est aussi très présente, puisque neuf centrales hydroélectriques assurent l’autonomie énergétique du Train Jaune, précurseur des énergies renouvelables du haut de ses 100 ans.

Mais dans un département à l’ensoleillement record, c’est l’énergie solaire qui retient l’attention avec plus d’une centaine de chauffe-eau solaires et de nombreux projets de « fermes photovoltaïques ».

Cette énergie solaire est au cœur du travail de recherche mené dans les fours solaires de Mont-Louis et d’Odeillo, ainsi qu’à l’ancienne centrale solaire Thémis :

  • Construit à partir de 1949, le four solaire de Mont-Louis est le premier four solaire à double réflexion au monde.
  • L’équipement ayant réussi à faire fondre des métaux, le Centre national de la recherche scientifique (CNRS) entreprend, en 1962, de construire un second four solaire à Odeillo. Mis en service en 1970, c’est l’un des plus grands fours solaires au monde.
  • Entre 1983 et 1986, Electricité de France (EDF) expérimente la production d’électricité en centrale solaire thermique à Thémis (commune de Targasonne). Propriété du Conseil général des Pyrénées-Orientales depuis 2005, Thémis reprend depuis peu le chemin de la production d’électricité.

Dédiés à la recherche, ces trois sites accueillent le public (à l’année dans les fours solaires, seulement l’été à Thémis).